Pan de Azúcar : toutes les infos pratiques sur ce parc hors des sentiers battus

Lorsque je parle de mes voyages autour de moi on me répète souvent que je suis courageuse : courageuse de partir seule, courageuse d’avoir trente ans et de ne pas avoir commencé à cotiser pour ma retraite, courageuse de vivre au jour le jour en dormant là où il fait sommeil.

Aujourd’hui j’ai décidé d’être honnête et d’arrêter de me prendre pour Roald Amudsen ou Amy Johnson. Aujourd’hui je vais  vous avouer mon plus grand secret : je suis une froussarde.
J’ai souvent peur et j’aime ça ! J’aime me faire peur en m’inventant des monstres sous mon lit, j’aime m’imaginer qu’il y a des requins affamés lorsque je me baigne ou encore que des millions de vives se cachent sous le sable. Oui, c’est très enfantin mais ça me permet de libérer quelques miettes de mon imagination trop active. Lire la suite

Publicités

Sajama, infos pratiques sur le parc aux noms de desserts italiens et mon itinéraire en Bolivie 

Ici et là, il est de ces endroits qui vous attrapent pour vous emporter hors du temps. De ces villages aux murs décrépis et aux toits ondulés où deux nuits se transforment rapidement en une semaine de découvertes. De ces paysages qui, en quelques foulées, vous connectent à cette réalité loin d’internet, de votre douche chaude et de votre lit douillet.

Ici et là, il est de ces endroits qui transforment un tourisme lambda en rêve voyageur. Le temps de s’habituer à la danse du vent sur les tôles alourdies de pierres, et nous voilà déguisés en explorateurs du quotidien, en sédentaires hebdomadaires.

Ici et nulle part ailleurs, il y a Sajama. Ce village aux toits décrépis et aux murs ondulés. Ces paysages qui allongent le séjour et écourtent nos envies de départ (toutes les infos sur le parc en fin d’article).

Sajama, ce parc aux tourbillons de sable qui s’élèvent vers un soleil infiniment brûlant. Ces nuages qui se forment au gré du vent de l’heure de la sieste. Ces champs de lamas que l’on traverse au son d’une photo volée. Ces geysers brumeux aux allures de bals de korrigans. Sajama, cette pause qui nous aura fait reprendre la marche quotidienne au goût de coca. Cet apprentissage du corps au souffle court. Ce dépassement de soi et la découverte de ses propres limites, sans regret, avec fierté, avec son asthme et autres problèmes qui feront de ces lagunes un simple mirage au fond de mes rétines rêveuses, impossible à atteindre. Lire la suite