Jour 14 du reste de mon voyage

Jour 14 du reste de mon voyage,
Saint-Brévin-les-Pins

Rouler sur la Vélodyssée en plein mois d’août, c’est apprendre à jongler. Une véritable école du cirque pour apprentis saltimbanques.

Des Sables-d’Olonne à Pornic, j’ai jonglé entre côtes et terres planes. J’ai zigzagué entre la lenteur de la foule estivale et le silence des marais.
Côté pile, j’ai profité du calme de la nage matinale des ragondins, de la douceur des hérons qui étirent leurs ailes et la beauté d’une brume qui enlace les eaux froides. Côté face, j’ai appris à contourner un papi qui n’avait pas pris l’option freins sur son biclou, j’ai slalomé entre les poussettes pleines de jouets, de couches et de bambins et j’ai pilé sec dans une pente trop raide pour un vélo à la batterie déchargée.

D’un côté et de l’autre de la piste, j’ai souri à ces petits coins de paradis oublies des touristes. Là où, en équilibre sur Ernest-Modestine, je pédale librement en suivant le tempo de mes écouteurs.
D’un côté et de l’autre de la chaussée, j’ai souri à tous ces vacanciers qui profitent des congés payés, du soleil ou de leur retraite. J’ai souri aux parasols qui s’entassent, aux ballons qui s’échappent au vent et à cette insouciance qui nous enivre lorsqu’enfin, on peut penser à autre chose qu’au travail.

Je voyage.
Par chance, par choix et surtout par privilège.

Seule dans mes idées vagues, je me suis rappelée mes cours d’histoire, de Blum, des premiers congés payés et de la révolution industrielle. Dans un micmac de réflexions oscillantes, j’ai laissé mes souvenirs réciter Zola, Hugo puis Dickens. Si tu avais été là, tu m’aurais certainement dit d’en profiter, d’arrêter de penser politique tout le temps. Pourtant, les vacances, le tourisme et le voyage aussi sont politiques.

Et puis, comment moi, celle qui voyage en solo depuis ses 15 ans, celle qui a décidé de profiter du temps et de la liberté plutôt que de chercher la sécurité de l’argent, pourrait rester insensible à ces questions ? Comment pourrais-je ne pas m’interroger sur les choix de vie, les obligations, les peurs et la société en général ?

Je voyage. Par chance, par choix et surtout par privilège.
Je voyage ici et là à la recherche de nouveautés, de surprises et d’imprévus.
Je voyage au gré des rencontres, des sourires et de mes envies d’ailleurs.

Alors, lorsque le revêtement est lisse, lorsque je double des vélos à assistance électrique et que je me fais dépasser par une mamie en déambulateur, je profite de l’instant présent en refaisant le monde à ma façon.

Août 2021 : Toulouse → Bruxelles à vélo et en solo. Lors de ce voyage à vélo et en solo, j’ai écrit des lettres d’amour et de désamour. Réelles ou fictives, elles racontent ce voyage sous le prisme de l’amour, des rencontres, des doutes et de la séparation. Toutes les lettres sont à retrouver ici ou sur Instagram.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *