Tourisme … voyeurisme … humanisme …

Ma chère petite marchande de fruits,

Il y a quelques semaines nos chemins se sont croisés et ton sourire a changé le cours de ma vie. Aujourd’hui, assis à cette terrasse de café, je profite d’un rayon de soleil pour t’écrire cette lettre et te remercier. Tu ne me connais pas vraiment, ton regard a à peine croisé le miens alors, laisse-moi t’expliquer ma formidable aventure.

Lorsque j’ai franchi le seuil de la boutique Look Voyage, j’avais le coeur morose. Je venais de poser 10 jours avec le vague espoir d’échapper à la grisaille mais je ne savais pas où aller. Birmanie ? Fait ! Kenya ? Fait ! Jamaïque ? Fait ! Sénégal ? Fait ! Dominique ? Fait ! Chypre ? Fait ! Grèce ? Fait ! Maldives ? Fait ! … Quelle destination me restait-il à faire alors ? Jessica, ma vendeuse, me propose Zanzibar. Quelle idée ! Ayant déjà fait le Kenya et le Sénégal, je ne vois pas ce que l’Afrique pourrait m’apporter de plus !

Elle regarde quelques instants son écran et me propose une toute nouvelle destination : Haiti. Haiti ? Haiti … Silence … « Oh, je vous rassure tout de suite, M. Martin, ce pays va beaucoup mieux ! Je ne vais pas vous mentir, il a beaucoup souffert après le tremblement de terre, mais maintenant tout est reconstruit. Et vous savez les gens sont tellement adorables ! Vous serez peut-être quelque peu surpris en sentant se poser sur vous quelques regards inquisiteurs mais je vous rassure tout de suite, ils ne vous feront aucun mal ! Ils sont simplement curieux car ils n’ont pas l’habitude de voir des touristes et encore moins des Blancs ! Vous serez logé dans un Club lookea 4 étoiles comprenant 2 piscines et une plage privée de près de 2 km. Idéal pour se reposer et revenir avec de jolies couleurs (et faire des jaloux au travail !) Deux restaurants, un buffet à volonté et 4 bars pour faire la fête. Alors, M. Martin, on se laisse tenter par cette nouvelle aventure ? »

Comment résister aux arguments de Jessica ? Je sors de l’agence un parapluie dans la main, un sourire aux lèvre et des dépliants sur Haïti plein la sacoche !

A peine arrivé dans ma chambre climatisée je me débarrasse de toute cette poussière de Port au Prince. Comment diable cette saleté a eu le temps de m’envahir entre la sortie de l’aéroport et le mini-bus privé ? J’espère que les locaux ne seront pas aussi collant car je ne me suis pas tapé 7 heures de voyages pour jouer au bon samaritain. Des mendiants on en a déjà plein les rues de Paris et ça me suffit comme ça !

Pardon ma petit marchande de fruits, je m’égare. Mais il me semble important que tu saches dans quelles dispositions je me trouvais en foulant pour la première fois les sentiers de ton pays.

Une fois propre et rafraichi je m’inscris pour la prochaine excursion : la visite d’un village typique avec pique-nique sur la plage et spectacle de danses traditionnelles. Quelle merveilleuse idée pour découvrir la culture d’un pays !

7

Le lendemain c’est donc accompagné d’une dizaine de voyageurs que je prends place dans le mini-bus climatisé. Jessica n’avait pas tort : malgré les vitres teintées je sens sur la carrosserie se poser des regards lourds, envieux mais surtout curieux.
La route étant en assez mauvais état le chauffeur roule suffisamment lentement pour que je puisse saisir quelques moments de vie avec mon Canon EOS 5D Mark III. Pour que la chaleur et la poussière restent à l’extérieur du véhicule je préfère prendre des clichés à travers la vitre. Ne t’inquiète pas pour la qualité de mes images, quelques retouches sur photoshop et mes photos n’auront rien à envier à celles de James Nachtwey  !

Après 1h30 de trajet nous voilà enfin sur place. Ni toi ni moi ne le savons mais dans quelques minutes nos destins vont se croiser. Nous commençons la visite du village dont j’ai oublié le nom, mais qu’importe. L’entrée et le coeur du village sont magnifiques : de jolies maisons en bois de type coloniales, aux couleurs vives et aux balconnets décorés de fleurs tropicales. Un régal pour les yeux ! Quelques vendeuses proposent leur artisanat. Quelques uns de mes compagnons de voyages se feront avoir et paieront le prix demandé sans négocier mais moi, après avoir fait autant de pays, je sais comment m’y prendre avec ces vendeuses ! Je vois un joli bracelet en macramé et après de longues minutes je réussi à faire plier la marchande ! Je ne le paierai qu’1€ au lieu des 3 demandés ! Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace, vrai ?!

Pour atteindre la plage notre guide nous explique que nous devons passer par un quartier qui n’a pas encore été reconstruit. Quelle horreur ! Des tentes au milieu de déchets, des immondices au milieu de ces baraquements de fortunes. Mais bon sang de bon soir, pourquoi les Haïtiens acceptent-ils de vivre dans ces conditions ? Au lieu de paresser toute la journée ils pourraient se sortir les doigts du derrière et reconstruire des maisons en dur ! Quel exemple espèrent-ils donner à leurs enfants en se comportant de la sorte ?! Bref, je ne t’écris pas cette lettre pour te parler de la mentalité haïtienne, tu sais de quoi je parle !

Sur la plage un magnifique pique-nique nous attend : langoustes, jus de fruits tropicaux, salades aux couleurs variées. Et ce spectacle … splendide ! Vous, les Haïtiens vous avez cette capacité à garder sourire malgré les difficultés. C’est magique ! D’un certain côté je me sens jaloux. En France, chez moi, les sourires sont rares, les gens sont aigris alors qu’ils ont tout. Si seulement les Français sortaient plus souvent de leur petit confort pour, comme moi, aller à la découverte de l’autre …

Delices_exotiques

Après le repas je décide de faire quelques pas en direction du soleil et là … je te vois … Assise sous un cocotier tu surveilles une table bancale sur lesquels sont posés quelques fruits. Dans tes bras, un nourrisson. Je t’observe de loin, l’appareil à la main. Je sais, je sens que tu m’offriras LE cliché que je suis venu cherché de ce côté de l’Atlantique. Comme s’il m’avait attendu, comme s’il savait que je vous regardait, ton bébé a commencé à s’agiter. Délicatement tu as sorti ton sein noir de ta robe à fleurs et tu l’as nourri. Clic. Clic. Clic. En mode rafale je prends plusieurs photos. C’est magnifique ! Quelle émotion ! Quelle beauté figée sur mon écran !

Ravi de cette session photo je passe le trajet du retour à la regarder, à la contempler, à te regarder, à te contempler. Je passerai les quelques jours qui me restent à Haïti au bord de la piscine, à la retoucher, à te retoucher, à trouver la citation parfaite qui l’accompagnera lors de ses promenades virtuelles. Pourquoi pas Paulo Coelho ? Il est assez populaire, ses phrases sont simples et il est vendeur.

La photo fin prête, je lui accole mon logo et commence à la diffuser sur les réseaux sociaux. Tu ne dois certainement pas savoir de quoi il s’agit mais sache que ce sont des outils formidables pour partager ses expériences et développer sa notoriété 2.0. En quelques heures ma photo est partagée, retwittée, likée des milliers de fois ! La page officielle de Paulo Coelho l’utilise comme photo de couverture ! Mon blog enregistre une affluence record ! Dès mon arrivée à Paris je filerai voir Jessica pour la remercier de son conseil car, après tout, c’est grâce à elle si aujourd’hui ma page compte plus de 3000 followers !

Ne t’inquiète pas petite marchande de fruits car, je sais que c’est aussi en partie grâce à toi. Et c’est d’ailleurs pour ça que je t’écris aujourd’hui. Je t’écris pour te remercier, toi et ton enfant, de m’avoir laisser vous voler un instant de vie, d’intimité, de maternité. Grâce aux coupures de courant récurrentes sur l’île et surtout grâce à ton manque d’éducation tu ne verras jamais ton visage, ton sein, la joue de ton bébé faire plusieurs fois le tour du monde. Tu n’auras certainement jamais accès à ma page Facebook ni à mon blog. Tu ne sauras peut-être jamais lire les citations de Paulo Coelho, mais, grâce à moi tu auras, vous aurez voyagé dans les yeux de millions d’êtres humains, vous aurez donné le sourire à des milliers de femmes qui ont peur d’attirer des regards pervers lorsqu’elles allaitent en public. Grâce à mon témoignage émouvant Look Voyage pourra ouvrir d’autres clubs de vacances en Haïti et développer ainsi l’économie locale …

Quelle expérience magique, enrichissante, valorisante !

Ma petite marchande de fruits, quelle ironie !, je t’écris cette lettre alors que tu ne sais pas lire, que je ne connais ni ton nom ni celui de ton enfant, ni même le nom de ton village ! Mais il me tient vraiment à coeur de te remercier pour cette gloire. Alors, plutôt que de laisser cette lettre prendre la poussière sur mon disque dur, j’ai décidé de la partager sur les réseaux sociaux. Qui sait ?, peut-être que l’un de mes amis virtuels aura envie, grâce à moi, de découvrir ton pays. Peut-être que ce lecteur profitera d’une offre exceptionnelle Look Voyage et qu’il s’envolera pour ce magnifique club 4 étoiles. Peut-être, qu’en relisant ce texte il aura envie de faire la très belle excursion proposée par le tour operator. Peut-être même que sur cette plage de sable blanc, en se souvenant de mes mots il se dirigera vers le soleil et il verra ton sein alimenter ton enfant. Ma petite marchande de fruits, que ce soit à Madagascar, en Haïti ou à Zanzibar, ce touriste, le temps d’une photo, te remerciera de son sourire lointain, de ne pas connaître le principe du droit à l’image …

A5_italienne_3lignes.indd

« 6 milliards d’autres », Yann Arthus Bertrand

Bien que les arguments évoqués par « Jessica » aient vraiment été prononcé par une vendeuse Look Voyage, bien que les propos de M. Martin aient déjà frôlé mes oreilles lors de séjours à l’étranger, bien qu’il existe en Haïti des vendeuses de fruits qui allaitent leurs nourrissons, ce texte n’est que le produit de mon imagination.

Publicités

11 réflexions sur “Tourisme … voyeurisme … humanisme …

    • Merci pour ton commentaire.

      S’il est réaliste c’est en parti parce que je n’ai pas eu à inventer grand chose : une vendeuse Look Voyage a vraiment dit que les Haïtiens étaient adorables et curieux car ils en voyaient pas souvent de Blancs … j’ai vu un pique-nique champagne-langouste sur une plage malgache près d’un village où les gens ne mangeaient que du riz et du poisson les jours de pêche … sur les réseaux sociaux on voit de plus en plus de voyageurs motivés par un possible buzz que par la rencontre, l’échange, la découverte …

      Bien entendu chacun voyage comme il veut/peut mais le voyage décrit dans ce texte ne correspond pas du tout à ma façon de faire 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Ce texte est réellement percutant! Je trouve néanmoins que tu aurais peut-être dû préciser ta vraie pensée à la fin car tout le long je me suis posé la question « est-ce de l’ironie? » Mais l’horreur de la chose est bien retranscrite dans une histoire qui parait si jolie de premier abord. Ta plume a un don!

    J'aime

    • Moi aussi ! J’étais partagée, d’un côté je me disais « c’est forcément ironique, c’est pas possible », et de l’autre… J’ai entendu beaucoup de gens penser comme ça. J’ai vu que tu avais vécu au Chili, tu envisages d’y retourner ?
      En tout cas, très beau texte !

      J'aime

      • je te rassure tout de suite : je n’ai jamais écris à aucune petite marchande de fruit d’Haïti et si je venais à le faire, j’espère que ça ne sera jamais pour lui recopier ce texte ! 🙂

        Effectivement, j’ai vécu deux ans au Chili, à Puerto Montt plus précisément. J’y retourne cette année pour descendre toute la Patagonie en stop et à pied, me laissant guider par les rencontres. Une fois au sud du sud je remontrai sûrement par l’Argentine, jusqu’où les vents me porteront … Rien de bien précis en somme, juste de l’imprévu et des découvertes 🙂

        J'aime

  2. Quelle plume ! J’aime beaucoup ton choix d’écriture, ce regard incisif, tout en ironie et en finesse, sur le touriste 2.0. Que j’ai probablement déjà été. Photographies, babioles, souvenirs on a toujours à un moment dans nos voyage envie de se rassurer sur le fait qu’on n’oubliera jamais un voyage en ramenant/ collectionant tous ces petits objets. On devrait se concentrer sur les moments, pas les objets.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s