Un temps à Madagascar

« Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité »
(Guy de Maupassant)

Alors que je pourrais vous parler de mille et une choses, alors que je pourrais vous décrire la gentillesse des Malgaches, la beauté des paysages, les mélanges culturels, les Chinois, Indiens, Africains, Blancs, Noirs, Métisses, les taxis 4 ailes, la terre ocre qui tache les tongs ou les caméléons source de superstitions … j’ai envie de vous parler du « temps », du temps malgache, du temps à Madagascar
J’ai envie de vous parler du temps chaud et humide qui apprend à notre corps à transpirer des paupières … du temps orageux qui illumine l’Océan Indien de mille éclairs le soir venu … du vent qui, de temps en temps, fait chanter les cocotiers et transforme notre terrasse en véritable coin de paradis … du temps que mettent les flaques d’eau grandes comme des marres à s’évaporer pour laisser place à des chemins de terre, des décharges à ciel ouvert, des restes de route coloniale …

J’ai envie de vous parler du temps qui passe lentement, aussi bien à la maison qu’au travail … du temps que je passe, moi, à lire et à écrire pour occuper mon temps … du temps que l’on passe sans électricité … du temps que met l’agence nationale d’électricité pour comprendre que non, nous n’avons pas besoin de lumière entre 23h et 5 h du matin mais que oui, nous en avons besoin de 17h jusque 22h  … du temps égaré sur les deux seules rues goudronnées de Sambava … du temps qui défile dans les trois rayons de l’unique supermarché de la ville à comparer les étiquettes de vins chiliens … du temps qu’il faut pour sortir de la ville en taxi-brousse … de l’impossibilité de passer un week-end hors de Sambava par manque de temps car les infrastructures routières sont tellement mauvaises qu’on ne sait jamais de combien de temps on aura besoin pour parcourir ne serait-ce que 50Km … du temps passé sans papier, loin de mon passeport, qui lui voyage d’institution française en institution malgache dans l’espoir d’être un jour, décoré par un visa en règle …

J’ai envie de vous parler du temps qui coule lentement sur les aiguilles d’une montre arrêtée et qui me permet de prendre le temps de me retrouver … du temps que je passe les pieds dans l’eau à marcher de long en large sur la plage … du temps que mes pieds passent à caresser le goudron brûlant avant d’avoir des ampoules qui mettront du temps à disparaître … du temps qu’il me faut pour comprendre que mes pieds ne sont pas aussi résistants que ceux des Malgaches qui n’ont pas les moyens ni parfois l’envie de s’acheter des chaussures … du temps qui s’assied sur ma terrasse pour boire du rhum arrangé avec ma voisine … du temps que passent les hommes à crier « bonjour bébé », « salut chérie », « je t’aime poupée », « viens chez moi mademoiselle » dès qu’ils voient une femme dans la rue … du nombre de fois que des Malgaches ont pris le temps de me demander pourquoi je cours alors que d’après mes muscles je ne marche pas plus vite qu’un parisien en retard au boulot pendant une grève de la RATP …

J’ai envie de vous parler du temps que passent les ouailles de l’église luthérienne voisine à chanter encore et toujours les mêmes cantiques … du temps passé dans l’unique boîte de nuit de la ville qui n’a sûrement jamais pris le temps de créer plus d’une seule playlist … du peu de temps où j’arrive à écouter le salegy sans envisager un retour immédiat en France … du temps que je vous conseille de ne pas perdre à chercher sur youtube ce qu’est le salegy … du temps que mettent quelques bénévoles de l’Alliance Française à improviser un petit karaoké 100% musique française des années 90 dans notre bibliothèque tous les samedis après-midi … du temps qu’il me faudra pour comprendre ce que me dit le présentateur de l’émission de radio que j’anime … du temps qu’il faudra aux Malgaches, fans de musique romantique chantée par de grosses voix féminines, pour comprendre que je ne m’appelle pas Céline en hommage à Céline Dion …

J’ai envie de vous parler du temps qu’il m’aura fallu pour prendre le temps de vous écrire ces quelques lignes sur ma vie à Sambava, ville aux deux rues goudronnées … du temps qu’il m’aura fallu pour continuer à écrire ce blog … du temps que je prendrai sûrement pour écrire de nouveaux articles …

P1080702

P1080670

Publicités

4 réflexions sur “Un temps à Madagascar

  1. Pingback: Moi, moi, moi … | – Voyages d'une plume –

  2. Pingback: Un nouveau visa pour une nouvelle vie | – Voyages d'une plume –

  3. Pingback: Les expats’ ! | – Voyages d'une plume –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s