Jugement, culpabilité et bûcher festif: aujourd’hui Valparaíso brûle Judas 

Dimanche. Entre siestes, détours et visites des alentours nos pas se dirigent vers le quartier du port.

19h00. Les pavés de la place Echaurren ont fait place aux sourires des enfants. Sur la scène improvisée quelques musiciens chantent l’arc-en-ciel de Valparaíso pendant que deux clowns muets dansent avec les marginaux du Barrio Puerto.

Ligotés à un lampadaire, les oripeaux de Judas attendent leur jugement dernier.

Un habitant monte sur scène. Micro en main il se transforme en procureur d’un soir. Le public, quant à lui, s’habille de juge.
«On accuse Judas de vendre le littoral de Valpo.
De laisser la fontaine de la place s’assécher.
De la mauvaise gestion de l’argent public.
De voler ses compatriotes.
De ne rien faire pour améliorer la gestion des déchets.
De pisser n’importe où.
Coupable ou non coupable?»
La foule s’enthousiasme: coupable! Coupable!  Coupable!

Derrière moi une voix s’élève: « Qu’on le brûle ! Au bûcher ! »

Avant de faire disparaître sa culpabilité par les flammes, l’orateur improvisé nous lit le testament du Judas Echaurren:
«Moi, Judas Echaurren, je reconnais mes torts et vous demande pardon. La tache sera ardue et pour cette raison je vous lègue mes pantalons pour que vous, les voisins, puissiez lutter contre la délinquance. Je cède ma ceinture pour punir. Je laisse mes chaussures aux autorités pour qu’elles puissent parcourir le quartier. »

Escortés par le clown policier, les chiffons de Judas sont pendus puis brûlés sous les applaudissements des porteños.

Depuis le haut de la fontaine toujours éteinte, le clown ouvrier lance quelques pièces de monnaie.

Sans vraiment savoir pourquoi je laisse atterrir dans ma poche une pièce de 5 pesos. Qui sait, peut-être qu’il s’agit d’une monnaie chanceuse?! Après tout, elle aura appartenu quelques heures à Judas.
Le ciel se maquille de rose, les vendeurs ambulants font des blagues, les chiens errants ne comprennent pas vraiment l’enthousiasme de tous ces bambins qui se ruent sur des pesos qui ne se mangent pas.

Judas, traître de tissu aura brûlé sous nos yeux, emportant avec lui les revendications des habitants de ce quartier réputé dangereux, sale, malfamé.

Alors que la fumée s’évade de la place, les pigeons reprennent leurs droits sur ce bout de port. Le sourire plein d’interrogations, les narines pleines d’urine et les chaussures flottantes sur l’absence de poubelles, nous rentrons vers notre chez nous éphémère.

Dimanche. Entre siestes, découvertes et empanadas, Pâques se termine sur Valparaíso, nous offrant l’opportunité d’être temporairement porteños.

Publicités

2 réflexions sur “Jugement, culpabilité et bûcher festif: aujourd’hui Valparaíso brûle Judas 

  1. J’adore ces cérémonies de carnaval où l’on se débarasse à coeur ouvert de tous les maux de l’année passée. La photo est un peu flippante, mais avec les explications, ça me la rend sympathique 🙂
    Chouette tranche de vie !

    Aimé par 1 personne

    • Quand on m’a proposé d’aller voir brûler Judas j’ai un peu flippé aussi mais ma curiosité a été plus forte et c’est tant mieux ! 🙂
      Beau moment de synchrétisme politico-religieux.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s