Retour un jour, retour toujours

Voilà, une fois de plus je suis de retour en France après quelques semaines à vadrouiller en Europe Centrale.

Malgré mes cours de tchèque le samedi j’ai réussi à aller en Slovaquie juste le temps de retourner dans mes bars préférés et me dire une fois de plus que l’architecte soviétique qui a construit le théâtre de la ville devait vraiment avoir une dent contre Nitra pour oser faire un bâtiment aussi moche ! … Je suis aussi retournée à Budapest avec mon acolyte Belge Laura pour profiter une fois de plus des bains et du sourire des gens … et puis, j’ai profité des quelques personnes avec qui j’ai réussi à sympathiser à Brno.

Si les premiers jours je me suis demandée ce que je faisais là (notamment à cause de ma coloc qui m’a dit d’entrée de jeu « Do you mind if I don’t speak with you ? Because, you know, I’m here to study … »), j’ai assez rapidement rencontré des gens plutôt, hum, intéressants : un Anglais qui arrive à me parler ouvertement de sujets tel que la zoophilie parce que je suis végétarienne … une pile électrique suisse encore plus motivée que moi pour aller danser tous les soirs de la semaine … un groupe d’étudiants de Science Po Dijon qui m’ont confortée dans mon choix de ne pas avoir tenté le concours … une Française qui quittait pour la première fois son petit village et qui au bout d’un mois n’a toujours pas réussi à se faire au goût (ou plutôt non-goût) du fromage tchèque … une Allemande indépendantiste catalane qui revient d’un tour du monde … des homophobes du monde entier qui s’entêtaient à venir dans des soirées gays, notamment un Sibérien francophone avec qui j’ai passé une soirée à débattre sur l’humanité des homosexuels (des gays bien sûr, car « une lesbienne c’est plutôt excitant »). Si j’ai réussi tant bien que mal à le convaincre de ne frapper personne lors de cette soirée, il a quand même fini au poste de police le lendemain pour coups et blessures (le plus étrange c’est qu’il a frappé un hétéro en couple …)

Enfin bref, ce voyage, comme tous les autres je crois, m’a encore donné envie de bouger un peu plus, de rencontrer des personnes d’horizons totalement différents car, même si nombre des rencontres est éphémère, certaines peuvent durer un petit moment.

Mon retour en France ressemble étrangement à tous les autres : je passe mes journées sur l’ordinateur à la recherche d’un appartement dans une ville où je n’ai jamais mis les pieds.

P1010319

DSC05387

DSC05349

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s